Opération : on vide ses placards

C’est moi ou j’ai l’impression qu’il y a un sentiment de trop plein général? Les gens veulent épurer et simplifier. Ce qui explique qu’on voit partout ces tendances scandinaves, Hygge et Lagom ( concepts pourtant pas nouveaux en tout cas pas pour eux)  et plein d’artilces sur la blogosphère qui répondent justement à cette sensation d’étouffement. Il y a quelques années c’était le feng shui qui faisait fureur, aujourd’hui ce sont les pays nordiques à l’honneur et un retour au japon avec la méthode Kon Mari ( que voulez vous, ils sont ordonnés ces japonais!). Dans l’assiette les gens veulent manger plus sain, manger bio, trouver un équilibre. Et soyons francs, est-ce qu’on aspire pas tous à se sentir mieux?

Mes placards et moi 

J’adore acheter mais je marche par phases ( souvent), par obsession ( parfois) et plus inquiétant, par addiction.

Cela va d’une obsession pour un adoucissant en particulier, à des gels douches, la lessive, etc. En ce moment ce sont les savons ( article à venir). Mais mes phases d’obessions ne concernent pas que des choses matérielles, cela peut être des sites internet (vinted, pinterest, gumtree) avec cette peur de manquer conduisant parfois à des achats en masse d’un même produit lorsqu’il est en promo (l’adoucissant entre autres). Avant, j’en faisais péter le placard! Quand j’allais en france, j’achetais 5-6 gels douches ( parce que je préfère les odeurs francaises) alors que je savais que j’en avais tout autant déjà dans le placard. On aurait dit une possédée dans les magasins. Je crois que lorsqu’on a 10 produits minimum d’avance, on peut se dire qu’on a un problème… Je justifiai avec telle ou telle raison mais ça, c’était avant ( enfin…presque).

Après avoir accusé les remontrances de mon chéri « pourquoi on a 6 bouteilles de Lenor? » (Lenor, l’adoucissant, roh suivez un peu!), railleries de nos amis qui nous avaient aidé à déménager et ayant vu des sacs entiers de produits ménagers en tout genre ( en double ou triple), on peut comprendre que je sois passée pour une tarée obsessionelle. Le truc c’est que j’ai légèrement hérité de la peur du manque de ma mère. Chez mes parents, le garde manger pourrait passer pour un de ces abris bunker rempli de nourriture ( pour beaucoup perimée d’ailleurs parce que je vous le donne dans le mille, ils en ont trop!) Et quand je me rends chez eux, j’ai l’impression d’étouffer. Y a de trop PAR-TOUT!!!! Et qu’est ce que je fais? Je fais pareil chez moi.

Vous voyez dans Friends le placard de Monica que Chandler découvre?

monica'scloset

C’était un peu ca dans ma salle de bain, entre autre. Et là je me suis dis, STOP, je vais disparaitre un jour là dedans et on me retrouvera jamais.

Woman-in-wardrobe

Mes prises de conscience :

  • chez mes parents, l’étouffement que je reproduis chez moi
  • Trop c’est trop. Trop de bazar, trop de choses inutiles. J’ai pu voir que fonctionner normalement ( la normalité s’opposant à mon obsession) ça marche aussi. Ma soeur par exemple chez elle, n’a que les produits qu’elle utilise et rachète uniquement lorsqu’elle a besoin. Pas besoin d’avoir des doublons de doublons de doublons. Et puis ca requiert de la place! Sincèrement, je devais avoir genre 15 gels douches ( je ne blague pas, a ce jour j’en ai encore 10 dans mon placard et je n’en ai pas racheté depuis 1 an!!!) et ca, c’est juste pour les gels douches imaginez pour tout le reste.
  • sur la toile : voir et lire des articles qui relate ce sentiment de trop plein comme le Projet 10 pan de ma copine Norma qu’on a vu fleurir sur les blogs, à force d’acheter on fini par ne même plus utiliser ce qu’on a ou encore sur le blog de les choses qui brillent
  • En discuter avec Marie-Estelle de nos modes de vies de consommation à outrance, d’une envie de changement. On ne peut pas agir sur tous les fronts, il faut choisir ce qui nous tient à coeur et surtout y aller petit à petit.

    Ne pas se sentir impuissant mais plutôt faire ce qu’on peut à sa propre échelle.

  • Un renouement avec la fille que j’étais quand j’ai passé mon diplôme dont le sujet était de créer un centre (fictif ) de sensibilisation à l’écologie, sachant qu’à l’époque il n’y en avait qu’un seul en France à Dunkerque, c’était « nouveau ». Je parlais déchets et recyclage toute la journée, j’étais passionnée. Et depuis? Depuis rien, j’ai recommencé à moins faire attention et à accumuler.
  • Dans les magasins aussi, cet étouffement! Quand je vois l’ampleur des rayons d’objets ou de fringues alors qu’il y a encore tant d’anciennes choses inutilisées, mis à l’échelle mondiale, ca me rend malade toute cette surconsommation.
  • et bien sûr, les déchets. Partout. Dans nos poubelles, dans la rue, la nature, les cours d’eau. On dirait qu’on a du mal à faire une balade sans voir un truc par terre.

 

Il y a donc d’une part cette envie de simplifier les choses dans ma vie en commençant par ma maison et d’autre part cette envie d’agir plus en faveur de l’environnement

Consommer dans notre société c’est une seconde nature alors aller à son encontre c’est difficile. Mais on peut y arriver, il faut juste se mettre dans l’état d’esprit.

Des p’tites choses et autres conseils: 

  • Triez! C’est la première chose. On s’entoure au quotidien de beaucoup trop de choses dont on a pas besoin. Je ne vous parle pas de ce qui nous fait nous sentir chez nous ni d’aller à l’extrême genre rien sur le plan de travail (sauf si c’est votre choix), on peut diminuer la quantité d’objets environnants sans pour autant dénuer tout notre appartement.
    • Les livres : garder certains, d’accord mais est-ce nécessaire de garder ceux que vous ne relirez jamais? Donnez vos livres à des amis, en boite de dépôt qu’on voit fleurir dans les jardins publics ou vendez les!
    • vêtements (ceux passés de mode, qui sont trop petits, trop grands, etc). Regardez en toute sincérité dans votre penderie, est-ce que vraiment ces 5 hauts bleus correspondent à votre image, sont confortables ET vous vont bien? Soyons honnête, y a beaucoup de vêtements que l’ont garde parce qu’on les aime bien mais qu’on est sans arrêt en train de tirer dessus et réajuster parce que la couture se barre sur le côté ou il est un chouilla trop court à la taille et chaque fois qu’on le met on se dit qu’on aurait dû mettre un truc plus long. Alors ok, la garde robe capsule c’est pas forcément pour tout le monde non plus mais pourquoi s’obstiner à garder des trucs qui nous vont pas ou ne nous ressemble pas?
    • CD que vous n’écoutez plus/DVDs
    • vaisselle, trucs pour la patisseries
    • appareil menagers inutilisés
    • bijoux, maquillage, cosmétiques
    • déco

=>Délestez vous des choses superflues que vous n’utilisez pas.

  • Faites le tri par étapes. Faites un 1er tri, puis revenez-y 1 ou 2 semaine après. Commencez par les choses les plus faciles pour vous.
  • Faites le tri par pièces. Commencez par la salle de bain par exemple puis passez aux autres pièces.

Pour vous aider:

  • Pourquoi ne pas vous imposer un challenge comme Wild wild waste qui consiste à se séparer chaque jour d’un certain nombre d’objets selon le jour du mois ( le 1er, 1 objet, le 5, 5 objets ect)  ( allez voir son blog, il est super c’est une vraie source d’inspiration). Et bien sûr réfléchissez avant de jeter  » est ce que ca pourrait servir à quelqu’un? »( en général c’est souvent le cas)
  • Pour les habits par exemple, sortez tout de vos placards et procédez par piles : ceux qu’on garde, ceux dont on est pas sûre  qu’on réessaye et ceux qu’on donne. Pour ceux dont on est pas sûre, on se pose la question est ce qu’on se sent bien, est ce que ca nous ressemble? Kon Mari dit de jeter/donner tout ceux dans lesquels on ne se sent pas heureux.
  • Wild Wild Waste disait par exemple de faire attention au « au cas où ». Et franchement, les « au cas où « ont rempli ma maison ex :  » Je garde ce vieux pantalon au cas où je fais des travaux « . Non mais combien de fois je fais des travaux dites moi? Wild wild waste donnait l’exemple de plusieurs grands saladiers qu’elle gardait au cas où elle recevrait plein de monde pour faire de grandes salades. T’as souvent 15 personnes à diner dans l’année? Tu en garde qu’un seul sur le lot et le jour où ça arrive ben tu mets dans deux petits ou tu empruntes à quelqu’un, la belle affaire! Sérieusement chez moi, entre les chaussures, les boites/cartons entiers remplis de souvenirs, des anciens cours, des revues que je n’ouvre jamais, des produits que je n’utilise pas, les échantillons de produits, ça ne devenait plus possible.

Une fois le tri fait, on repart sur de bonnes bases. On s’interroge sur nos besoins et nos désirs. Oui j’adore ce haut bleu dans le magasin mais j’en ai déjà 5 similaires dans ma penderie. Pensez aussi que tous ces désirs engendrent souvent de nouveaux déchets.

  1. Regardez ce qui existe déjà avant d’aller acheter du neuf: dans les charity shop (magasins d’occasion) et autres sites ( vinted pour les vêtements, le bon coin pour d’autres choses). Il y a peut être LA pièce de mobilier oubliée de tous qui ne ressemblera à aucune autre en rayon.
  2. Pensez! Prenez plus de temps avant d’acheter et demandez-vous si vous en avez vraiment besoin et s’il n’existe pas une autre alternative pour certains produits. Vous voulez faire table rase et acheter toute la panoplie « durable » genre NO plastique. C’est bien, très bien même! Mais calmez vous. Terminez ce que vous avez déja PUIS ensuite rachetez/renouvellez en « mieux ». Attendez la fin de vie de votre Tupperware ou utilisez le pour autre chose que pour la nourriture.

Achetez moins, mais achetez bien

On gâche moins également et on limite les achats impulsifs en prenant un peu de recul. Les menus de la semaine sont un bon moyen de limiter ses achats côté courses, de moins jeter et de se servir de ce qu’on a dans nos placards.

     3. Vous voulez changer et acheter des cosmétiques bio, des produits ménagers naturels, pas ce greenwashing qu’on voit sur tous les étalages. Prenez le temps de lire les étiquettes de produits et leur composants. Cherchez un produit plus naturel, qui a moins d’impact sur l’environnement. Et pourquoi pas même vous essayer à faire vos propres produits? Commencez doucement par exemple remplacez votre produit anti-calcaire par du vinaigre blanc (faites mariner des épluchures d’orange pour donner une odeur d’agrumes). Ce n’est pas toujours aussi long à faire que vous le croyez. Allez lire l’article de Lilycraft son blog aussi regorge de recettes et conseils.

     4. Attention a la ré-accumulation. La règle du « un qui entre, un qui sort » dont parlait Marie-Estelle dans sa garde robe capsule. Vous avez vraiment mais vraiment envie de ce haut bleu sauf qu’ il ressemble à cet autre haut que vous avez déjà. Sauf que en y regardant de plus près vous préférez ce dernier acheté que l’autre que vous mettez moins. Allé hop, on échange et on met en vente/on donne celui qu’on porte moins/plus. C’est valable pour les vêtements mais pour tout le reste également : livre, déco etc.

     5. Faites ce qu’on pouvez, à votre échelle. Tant pis si c’est pas parfait. Prenez le temps comme je l’ai dit plus haut, de vous poser des questions. Certains ajustements demandent plus de temps que d’autres, plus de maturation dans votre esprit ( ex : adopter la cup’ pour ses menstruations ou encore devenir végétarien, vegan c’est pas pour tout le monde ou du moins c’est un cheminement qui se fait petit à petit dans les esprits. Mais aussi, encore une fois, ça dépend aussi de ce qui vous tient le plus à coeur. Concentrez vous d’abord sur ce que vous faites comme efforts là tout de suite. Le reste viendra après ( ou non!). Chaque chose en son temps et ça dépend aussi de chacun.

Je suis pour l’encouragement des petits pas parce que je me dis que c’est mieux que rien du tout. Vous voulez diminuer la viande mais pas l’arrêter, c’est déjà bien! Vous faites attention à vos achats mais vous avez des craquages de temps à autres dans les magasins? Des rechutes ça arrive à tout le monde, personne n’est parfait, apprenez aussi à vous faire plaisir, un changement ne se fait pas du jour au lendemain et il faut aussi savoir se faire plaisir!

Le but est de se sentir moins encombré chez soi pour pouvoir mieux respirer. La démarche ici est de mieux réfléchir à ses propres besoins et notre mode de vie.

 

Et vous, ça vous donne envie de faire de la place?

 

 

9 réflexions sur “Opération : on vide ses placards

  1. Ayant déménagé un an auparavant, j’avais effectué un énorme tri au moment des cartons et cela m’avait fait beaucoup de bien. J’avais aussi lu l’essai Kon Mari et si je n’étais pas d’accord avec tout, ce petit livre m’avait aidé à faire la part des choses.
    J’ai refait au moment de quelques travaux dans la maison au mois de mai un autre tri, bien plus petit évidemment, mais qui avait été aussi très bien. J’aime bien faire cela, faire le vide, cela me fait un bien fou!!

    • J’adore aussi tu as tout à fait raison ça fait un bien fou et c’est sans fin finalement parce que on pourrait faire un tri tous les 6mois car on ne se sert jamais de tout et entre temps on rachète des choses, on a eu des cadeaux qui remplacent certains objets etc…mais c’est certain, les déménagements sont toujours une excellente occasion de faire le tri!

  2. très chouette article !! J’ai souvent déménagé dans ma vie du coup je trouve ma maison pas trop, trop encombrée et globalement je dois faire parfois attention à la tendance inverse ! parfois je jette trop vite !

    • Merci 🙂 . Les demenagements sont effectivement une excellente occasions pour faire du vide. C’est marrant que ta tendance soit justement a l’inverse a jeter trop vite, il faudrait que une petite toi sur mon epaule qui me dit « t’as pas besoin de ca » et toi une petite moi qui te dise « gardes le on sait jamais! » haha

  3. Voilà un article très inspirant! Depuis quelques temps et ayant pas mal déménagé, j’essaie de ne pas trop accumuler. Ça commence déjà par trier les vêtements puis depuis quelques temps les livres (car j’avais vraiment beaucoup de mal jusqu’à il n’y a pas si longtemps à m’en séparer mais je me dis que si je suis sûre de ne jamais les relire, pourquoi les garder et ne pas en faire profiter quelqu’un d’autre?).

    • exactement! ca s’accumule (trop) vite et les livres! Ahlala on en a deja parle toi et moi et on sait qu’on a du mal mais il le faut 😉

  4. Super article (que je lis très à la bourre). Je suis certaines règles : un qui rentre, un qui sort. Je revends beaucoup sur Vinted et j’achète beaucoup de choses (surtout les jouets de Miss Wallace) en brocante. Mais j’avoue que la surconsommation est tellement tentante!! Je commence à réfléchir pour faire mes propres produits ménagés mais ça prend un peu d etemps et d’organisation quand même..

    • J’ai du mal à l’appliquer un qui entre un qui sort. Faut que j’y travaille!
      Oui ça je savais que toi aussi tu es adepte de vinted. Les jouets je suis entièrement d’accord.
      La surconsommation tenante tu prêches une convertie haha c’est dur dur c’est évident et ils le savent dans les vitrines de magasin à la télé partout!
      Pour les produits commence vraiment petit à petit mais c’est vrai ça demande de l’organisation. Je ferais un article un jour. Une fois qu’on a les ingrédients on fait des grandes fournées mais parfois même trouver le temps de se faire est pas facile.

  5. Pingback: Le retour de la savonette dans ma salle de bain – l'intermittente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s